Wiki.Coop:WIKICOOP FRANCE - TRAVAIL AUTOUR DE LA VISION

From Wiki.Coop
Jump to navigation Jump to search

Wiki.Coop : WIKICOOP FRANCE TRAVAIL AUTOUR DE LA VISION

Fiche projet de WIKI.COOP au 15/10/2021

Problématique (pourquoi faire) 

Face à l’urgence des enjeux climatiques et de la crise systémique, une entreprise, quelle que soit sa taille et son activité, peut difficilement penser son action et sa légitimité indépendamment de sa contribution au monde. Pour Richard Branson, toute autre attitude serait irresponsable, car « chaque entreprise a le potentiel de changer le monde et ne survivra pas si elle ne le fait pas ».

La loi pacte, récemment votée, acte cette évolution en invitant les entreprises à redéfinir leur « raison d’être » et en les incitant à renforcer la prise en compte des enjeux sociaux et environnementaux liés à leur activité, jusqu’à adopter le statut de société à mission.

Cette responsabilité environnementale et sociale s’exerce tout d’abord dans le cadre de leur activité économique, au sein de laquelle chaque entreprise doit veiller à réduire au maximum ses externalités négatives et contribuer, autant que possible, à l’effort de régénération des écosystèmes sociaux et environnementaux.

Elle peut aussi s’exercer par le biais d’un meilleur partage de la valeur économique dont elles sont à l’origine. Un nombre grandissant d’entrepreneurs sociaux l’ont compris et doublent leur projet de développement économique du souci d’une plus juste répartition de leurs gains au profit du bien commun.

Faute d’un environnement incitatif cohérent, de modalités simples pour elles et lisibles pour le consom’acteur, beaucoup d’entreprises pourtant désireuses de mieux exercer leur responsabilité citoyenne en finançant des actions relevant du bien commun hésitent à passer le pas.

Le projet / l'ambition (pour quoi faire) 

Wiki.Coop est un commun numérique ouvert, à l’image de WIKIPEDIA, qui a pour objectif de faciliter, encourager et permettre les attitudes citoyennes des acteurs économiques au profit de la solidarité et du développement du bien commun.  Ce projet vise à contribuer à la mise en place d’une société en mode contributif et coopératif, tournée vers le développement d’une économie bénéfique pour toute l’humanité et l’ensemble du vivant et d'offrir un accès à la connaissance et à l'éducation.

Son inspiration est tirée du modèle originel du web ou plus exactement de celui voulu par Tim Berners-Lee, son fondateur, qui aspirait à la construction d’un monde plus juste, plus coopératif, plus fraternel et tourné vers le développement du bien commun. Ambition aujourd’hui largement perdue, puisqu’une grande part de la valeur créée y est détournée au profit d’intérêts privés. Cette marchandisation du lien, au lieu de renforcer les nécessaires solidarités, tend à détruire les solidarités dont notre société a besoin pour renforcer sa résilience. Par ailleurs, la valeur captée à des fins privées est détournée des finalités sociales et environnementales qu’elle devrait pourtant servir.   Wiki Coop c’est quoi, plus précisément

Wiki Coop est une plateforme numérique interactive sous forme de wiki, gérée par une coopérative d’intérêt général ouverte, dont la finalité est le partage équitable des richesses créées via le Web.  Elle réunit :

   1. Des entreprises qui souhaitent contribuer au développement du bien commun en cédant de façon volontariste une part, plus ou moins importante de leurs profits, dans des projets solidaires,
   2. Des consommateurs qui désirent donner du sens à leurs actes de consommation en privilégiant et soutenant les sociétés qui contribuent au financement de la solidarité et du bien commun.
   3. Des bénéficiaires : organisations caritatives et sociales, des personnes en quête d'aide et de financement et des porteurs de projets citoyens tournés vers la solidarité et le bien commun.
      

Wiki.Coop permet aux entreprises désireuses d’exercer leurs responsabilités citoyenne :

   • De contribuer en toute simplicité au financement de la solidarité et au développement du bien commun, tout en participant à la gouvernance globale du projet porté par Wiki.Coop
   • De bénéficier d’une interface numérique et d’un service global qui leur permet de distribuer de façon très simple une part fixe de leurs chiffres d’affaires à des projets ou activités solidaires ou contributives au bien commun. 
   • De rejoindre une communauté d’entreprises qui partagent les mêmes valeurs et d'effectuer des rapprochements susceptibles de permettre de nouer de nouvelles coopérations.
   • De rendre plus lisible leurs contributions vis-à-vis des consomm’acteurs sensibles, engagés ou militants, qui se dirigeront plus naturellement vers une entreprise ayant un engagement en cohérence avec leurs valeurs.

Wiki.Coop permet aux organisations caritatives et sociales, aux personnes en difficultés, aux porteurs de projets citoyens :

   • De présenter leurs problématiques et projets, afin d’obtenir aide, soutien et financement
   • De se faire référencer par la plateforme, pour pouvoir bénéficier des dons, financements et du soutien issus des interactions avec les entreprises partenaires.  
   • De se faire mieux connaître
   • De créer de nouvelles alliances, de nouveaux partenariats au sein de la communauté et de l'élargir
   • De participer à la gouvernance du projet porté par Wiki.Coop.

Wiki.Coop permet aux consomm’acteurs (ou consommateurs citoyens) :

   • De consommer différemment produits et services en ajoutant du sens, sans qu'il ne leur coûte rien
   • D’identifier les entreprises exerçant une responsabilité citoyenne dans les différents secteurs économiques       
   • De favoriser et soutenir les entreprises qui ont des valeurs proches des leurs et qui soutiennent des actions et initiatives solidaires et participent au développement du bien commun
   • De soutenir les causes de leurs choix, voire d’en proposer de nouvelles
   • De devenir sociétaire de Wiki.Coop, s’ils veulent s’impliquer dans la gouvernance du projet 


Wiki.Coop est structuré à partir d’une SCIC « mère » qui peut avoir des déclinaisons locales au sein notamment de SCIC partenaires, d'associations, ou de Maisons de Création de valeur Territoriale (MCVT- voir fiche en annexe 4), ces dernières seront au service du financement des actions citoyennes locales autour du bien commun par des entreprises locales. 

Principes et modes de fonctionnement de WIKI.COOP (comment ça marche) :

A/ Les principes de fonctionnement

   • Les entreprises et « causes solidaires et citoyennes » souhaitant rejoindre Wiki.Coop sont invitées à s’enregistrer sur le wiki dee de la coopérative (wiki.coop) et renseigner une page à partir de laquelle leur candidature sera étudiée. Si elle répond aux critères d’admissions établis, elles seront automatiquement admises. En cas de litige, leur candidature pourra être étudiée par notre comité d’éthique. 
   • Les entreprises devenues membre de WIKI.COOP peuvent faire valoir leur appartenance à WIKI.COOP au travers d’un label qui rendra lisible son engagement par le consommateur. En contrepartie, elles s’engagent à contribuer au financement de la solidarité et du bien commun en cédant de façon systématique une part du profit réalisé lors de la vente d’un produit ou d’un service.
   • Pour cela Wiki.Coop implante, dans le programme de paiement numérique de chaque entreprise, une interface dans laquelle il est proposé aux consom’acteurs de choisir la cause qu’ils souhaitent financer au travers de leur achat. 

Cette interface répond aux principes suivants : 

   • La contribution aux projets citoyens peut se faire de différentes façons : soutien direct à des projets, chèque solidaire, contribution au fond commun destiné à financer des actions sélectionnées par Wiki.Coop  et/ou le développement des communs , voire d’autres causes à définir. Quel que soit le mode de contribution, les dépenses seront fléchées pour permettre à chacun d’identifier la nature et le montant des contributions des membres de la coopérative, ainsi que le niveau d’engagement de l’entreprise partenaire, en totale transparence.
   • Le client qui achète un produit ou une prestation à une entreprise membre de WIKI.COOP se voit proposer d’affecter la part de la transaction définie par l’entreprise à « la cause » membre de WIKI.COOP de son choix et/ou soutenue par l’entreprise. Ce faisant, il donne un sens supplémentaire à son achat , sans que cela ne lui coûte rien. Il pourra aussi, préalablement à un achat, consulter la liste des entreprises membres de WIKI.COOP et privilégier les entreprises les plus citoyennes.
   • « La cause » choisie se voit automatiquement attribuer la somme prévue par l’entreprise. Une attention particulière sera apportée au développement des communs auxquels la coopérative consacrera une part de ses contributions.
   • Les candidatures des « causes citoyennes » pour être validées doivent répondre aux critères définis par Wiki.Coop (ces critères restent encore à définir). Chacune d’entre elles devra exposer le projet/l’objectif qu’ils cherchent à financer et le valoriser financièrement. Cette somme une fois atteinte la « cause citoyenne » ne sera plus éligible aux  participations et dons. Les interventions s’adapteront aux  nombreux cas de figure potentiels.  

B/ Mode de gouvernance

Wiki Coop souhaite mettre en place une gouvernance démocratique, collaborative et stigmergique. Elle s'est pour cela constituée en société coopérative d'intérêt collectif (SCIC - voir fiche en annexe 3) à vocation d'entreprise solidaire d'utilité sociale (ESUS), ses actifs immatériels seront logés dans un fonds de dotation puis une fondation. Les entreprises membres de WIKI.COOP et les « causes » soutenues seront des sociétaires de la SCIC, au sein des autres collèges figureront les clients consommateurs, les sympathisants, les personnalités, les collectivités, voir l’Etat. Mentions juridiques WIKI.COOP Statut : Société coopérative d’intérêt collectif à capital variable à responsabilité limitée – SCIC/SARL Siège social : 15 rue des Halles Paris 75001 - France SIRET : 89203507200024 Code APE : 6312Z Date de création : 09/12/2020 Cette coopérative Wiki Coop est ouverte à toutes les structures et les citoyens qui se reconnaissent dans les valeurs, les objectifs, l’éthique du projet et les principes de la SCIC.

C/ Mise en œuvre du projet

WIKI.COOP accueillera dans un premier temps des entreprises qui présentent un potentiel de création de valeur important et plus particulièrement dans les secteurs de l'immobilier et de la finance (voir fiche annexe 2). Le projet sera dans un second temps ouvert progressivement à d'autres acteurs et secteurs, pour, à terme, accueillir toute entreprise désireuse de s'inscrire dans cette démarche de juste répartition de la richesse créée.

___________________________


ANNEXES

   • Annexe 1 : Eléments de connaissances attestant de la pertinence du projet
   • Annexe 2 : Les principales entreprises et « causes » qui ont expérimenté via les principes de WIKI.COOP
   • Annexe 3 : Les principes et modalités de la SCIC
   • Annexe 4 : Fiche concept de la MCVT 

Annexe 1 : Eléments de connaissances attestant de la pertinence du projet

Plus de 62 % des consommateurs souhaitent donner du sens à leur consommation et consommer de manière plus responsable. Https://www.lesechos.fr/2018/07/les-francais-veulent-donner-du-sens-a-leur-consommation-1120308 78% des salariés choisiraient, à offres équivalentes, de rejoindre une entreprise engagée pour la transition écologique. Https://www.csa.eu/fr/survey/linkedin-et-ademe-salaries-et-transition-ecolo Quête de sens chez les jeunes. https://www.airofmelty.fr/comment-les-millennials-cherchent-a-donner-du-sens-a-leur-consommation-en-2020-a740358.html La Mission numérique met en avant les initiatives porteuses de sens. https://labo.societenumerique.gouv.fr/2021/05/27/acheter-sur-les-plateformes-responsables-pour-donner-du-sens-a-sa-consommation/ L’Etat, via le Ministère de l’Economie, des Finances et de la Relance incite à acheter sur les plateformes responsables, afin de donner plus de sens à la consommation https://www.economie.gouv.fr/plateformes-responsables Du sens dans la consommation, une nécessité pour les entreprises. Https://www.latribune.fr/supplement/la-tribune-now/les-marques-toujours-en-quete-de-sens-835340.html Tant et tant de startups ayant connu le succès, portées ou non par des pôles de compétitivité, se déclarent désireuses de participer et de rendre au commun une part de leurs succès. Nous noterons que de nombreux entrepreneurs et chefs d’entreprises ont déjà compris l’importance d’exercer leur responsabilité citoyenne au-delà des seules exigences de la RSE. Une part d’entre eux s’implique dans des communautés d’acteurs économiques désireux de mettre plus de sens dans leur projet, notamment via la qualification d'"entreprise à mission". Parmi ces différents réseaux, on trouve par exemple les « entrepreneurs d’avenir » qui est une communauté de dirigeants « partageant des valeurs et convictions communes qui s’allient et s’engagent à titre individuel et pour leur structure à faire grandir une économie réinventée, bénéfique pour l’humanité, la planète et la société ». On trouve aussi des collectifs comme France Active, un pionnier de la finance solidaire, qui au travers de son réseau d’entrepreneurs engagés soutient les projets contribuant à la construction d’une économie plus juste et plus solidaire. Ces différents acteurs pourront aussi devenir des partenaires de Wiki.Coop  

Annexe 2 : Expérimentations des principales entreprises partenaires et causes bénéficiaires « causes » qui ont expérimenté via les principes de WIKI.COOP

   • FINANCEMENT IMMOBILIER SOLIDAIRE

- Un des dirigeants de l'association https://www.1001fontaines.com/publications souhaitait se faire financer des projets au Cambodge, via pretimmobilier fr (Site en refonte), M. et Mme M. qui recherchaient le financement de l'acquisition de leur appartement, ont simulé puis déposé leur demande auprès du site de courtage solidaire pretimmobilier.fr pour réaliser l'appel d'offre auprès de banques et courtiers. BNP Paribas a mis en place leur financement et versé une commission d'apport au site du partenaire pretimmobilier.fr, sur laquelle 1.000 euros ont été attribués aux actions de 1001 Fontaines, ce qui a permis d'offrir de l'eau potable à 1.000 enfants durant une année dans leurs écoles au Cambodge.

- Franck Z., membre de l'association Assemblée virtuelle (https://www.virtual-assembly.org/ sociétaire de Wiki.coop) recherchait le financement de l'acquisition de la maison commune de son collectif en Alsace. La présentation auprès de la Caisse régionale du Crédit Agricole d'Alsace via le site de courtage solidaire pretimmobilier.fr permis l'attribution d'un financement de 500 euros auprès de son association.

- Xavier G., membre de l'association http://objectifbrousse.eklablog.com, avait un besoin urgent de fonds en période de guerre au Kivu (République démocratique du Congo) pour la création d'écoles de brousse, afin de protéger des enfants d'un avenir d'enfants soldats, via des demandes de financement auprès de pretimmobilier.fr, 2.000 euros de fournitures scolaires lui ont été attribués. ...


TRANSACTIONS IMMOBILIÈRES NEUF ET ANCIEN

- Léon D. recherchait une aide pour soutenir le Secours populaire français et son association https://www.esan-aisbl.eu/. Il nous a introduit auprès de son amie Juana B. qui souhaitait vendre son studio à Paris 18ème arrondissement. Notre présentation auprès du réseau immosolidaire.fr qui a trouvé l'acheteur a permis à Léon D. de recevoir 2.000 € (20 % des honoraires sur vente) au profit des associations qu'il soutient.

Dominique F. souhaite acheter un appartement neuf à Paris 13ème arrondissement, les partenaires d’immosolidaire.fr finalise la présentation et la vente auprès du promoteur Ogic, 50 % des honoraires perçus soit 9.600 euros complètent le financement du montage du projet Wiki.coop.

Jean-Henri B. confie à l'agence immobilière solidaire immosolidaire.fr la vente des murs et le fond de son restaurant à Paris 19ème arrondissement, 50 % des honoraires sur vente soit 5.000 euros complètent le financement du projet Wiki.coop.

Franck C., membre de l'Assemblée virtuelle, avait besoin de faire financer l'achat de matériel pour sa cause, cela tombait à pic, son fils Romain souhaitait acheter un appartement dans le neuf. Il a choisi dans l'ensemble des programmes immobiliers neufs à la vente sur la région parisienne et a fait le choix d'acheter un studio à Cachan dans la résidence construite par le promoteur Altarea Cogedim. La présentation auprès d’un conseiller immobilier solidaire a permis de lui attribuer une part de 2.000 euros sur les honoraires de commercialisation versés par le promoteur.

- L'association https://www.solidarites-nouvelles-logement.org souhaitait vendre un logement à Clichy, reçu en legs mais non adapté à ses bénéficiaires, nous l'avons présentée auprès d'un conseiller immobilier solidaire qui a trouvé l'acheteur, ce qui a permis à l'association de percevoir 2.000 € (20 % des honoraires sur vente) pour ses actions de soutien et de logements des familles démunies qui, sans leurs actions, seraient à la rue.

- La Fondation "Professionnel immobilier solidaire" via la Fondation Cottet-Moine, (Fondateur du réseau Capifrance) sous égide de la Fondation de France et de son antenne l'association Jefpag qui agit aux Philippines, recherchait un financement pour ses opérations humanitaires, elle a bénéficié du financement de partenaires de Wiki.coop à hauteur de 1.400 € sur honoraires d'une vente immobilière, suite à la vente d'un appartement neuf de 3 pièces dans un programme immobilier OGIC-Altarea/Cogedim à Paris 75013 à Mme Dominique F. ... Les services de Wiki.coop dans les secteurs de la vente d'immobilier neuf et d'ancien, et autres secteurs ainsi que dans le domaine du courtage des prêts immobiliers (Plus d'un million de ventes/an et un million de prêts immobiliers, (dont une bonne part sont intermédiés) sont opérationnels sur l'ensemble du territoire auprès de plusieurs réseaux financiers et immobiliers nationaux.

SECTEUR DU BATIMENT

Plusieurs entreprises qualifiées participent également au processus de Wiki.coop dans les domaines suivants : - Electricité - Peinture, plomberie chauffage Elles ont permis de financer des actions notamment pour 1.200 € auprès de l'association Objectif brousse.

SECTEUR DE L E-COMMERCE

A signaler les sites remarquables d'e-commerce solidaire : label-emmaus.co et Tremma.co, sites dont la vocation est intégralement philanthropique et qui connaissent un grand succès.  

Partenaires en services annexes et sites satellites en refonte et création (Sous fonds de dotation)

- Achatimmobilier.org en developpement. Transaction immobilière, via divers réseaux d'agences et de mandataires dont http://immosolidaire.fr, participation aux actions solidaires à hauteur de 10 à 20 % du CA) - Immobilierneuf org et investissementlocatif com en développement. Vente d'immobilier neuf locatif, via divers réseaux, en cours, participation aux actions solidaires à hauteur de 10 à 20 % du CA) - Pretimmobilier fr en développement (Courtage prêts immobiliers), en cours, participation aux actions solidaires à hauteur de 50 % du CA) - ....


Annexe 3 : Les principes et modalités de la SCIC

Les SCIC, définitions et principes

Une SCIC est une société commerciale coopérative : chaque associé dispose d’une voix et de réserves impartageables d’intérêt collectif (au moins 57,5 % des excédents). Cette structure associe, autour d’un projet économique commun, des acteurs multiples ayant des liens différents avec la SCIC : des salariés, des bénéficiaires, et toute personne physique ou morale liée à ce projet – on parle de multisociétariat. Ce statut a été défini dans le but de remettre l’économie au service de la personne et plus globalement de projets à forte utilité sociale. Son utilité sociale ne se détermine pas seulement au regard de son activité, mais des conditions de production qu’elle organise. Le multisociétariat construit le socle de l’intérêt collectif, par l’association libre d’individus ayant des liens différents vis-à-vis de la coopérative (liens de production, lien d’usage, de soutien…). L’intérêt collectif et l’utilité sociale ne sont pas un État mais une dynamique, toujours mouvante en fonction des synergies et des interactions entre les sociétaires d’une SCIC. Selon l’article 3 du décret n° 2002-241 en date du 21 février 2000, pour apprécier le caractère d’utilité sociale de la SCIC, « il faut tenir compte notamment de la contribution que celle-ci apporte à des besoins émergents ou non satisfaits, à l’insertion sociale et professionnelle, au développement de la cohésion sociale, ainsi qu’à l’accessibilité aux biens et aux services ». Ce « notamment »  signifie que les activités ci-après citées dans le décret ne sont ni exhaustives ni un cadre clos, mais des activités indicatives. Le caractère d’utilité sociale de l’activité de la SCIC se distingue d’abord par la manière dont elle produit un bien ou un service, et non par la nature du bien ou du service fourni ; d’où l’intérêt de bien définir les catégories d’associés et d’indiquer comment leur présence respective permettra une gestion singulière de l’activité de la SCIC. Les SCIC, par leur forme juridique et le projet qu’elles portent, incarnent les principes et les valeurs des coopératives tournés vers plus de cohésion sociale et d’efficacité économique. Elles ont, au cœur de leur ADN, la préoccupation constante de plus de solidarité, d’innovation et d’efficacité et la volonté de permettre aux différentes parties prenantes de retrouver, pour partie, la maîtrise de l’économie. Pour cela, elles doivent faire en sorte que l’organisation de la production soit en adéquation avec les vrais besoins et que les compétences locales soient le plus possible mobilisées. Les différentes approches, outils et principes démocratiques dont je viens de faire état peuvent être déployés à différents niveaux du territoire. Ils semblent tout particulièrement adaptés aux organisations en mutation, désireuses de sortir de leur zone de confort en expérimentant de nouveaux modes de gouvernance. Ils le sont tout autant pour les territoires souhaitant, d’une part, engager leur transition en favorisant la mobilisation de différents acteurs autour de projets de créations de valeur importants et, d’autre part, se donner les moyens d’influer sur les modes de production des entreprises locales dont ils seraient partie prenante dans le cadre du projet de territoire. Cela aurait l’immense avantage de favoriser la fédération d’énergies nouvelles autour de projets très divers, tout en participant à l’apprentissage collectif d’une nouvelle façon de faire ensemble.


Annexe 4 : Fiche concept de la MCVT Le pitch :

La Maison de la Création de Valeur(s) Territoriale (MCVT) est un lieu où les acteurs d'un territoire se réunissent avec l’intention de contribuer au Projet de territoire commun par des activités collaboratives innovantes. Elle nourrit et se nourrit des opportunités que crée la transition en cours vers des modes de vie durables et résilients. Elle a pour ambition de contribuer au développement de valeur(s) économique(s), sociale(s) et environnementale(s) pour le nouveau territoire avec l’aide, et au profit, de ses citoyens et de ses autres parties prenantes. Elle s’appuie sur une dynamique sociale positive d’initiatives et d’innovation tournée vers un Projet de territoire commun, alimentée par le pouvoir d’agir des différents acteurs du territoire, par des outils et modalités favorisant l’émergence de projets et activités, et par la mise en synergie de ressources locales aujourd’hui sous exploitées que nous nommons « actifs dormants ». Les nouveaux liens et formes de coopération dont elle est à l’origine contribuent à renforcer la résilience du territoire, la confiance entre les acteurs et à la qualité du vivre ensemble. Contexte et problématique Les territoires - commune, communauté de communes, agglomération, quartier, …- vont jouer un rôle essentiel dans la dynamique des profondes transformations actuellement à l’œuvre dans nos modèles économiques, nos rapports aux autres et à notre environnement. Cette dynamique, pour répondre à la crise systémique que nous vivons, doit dans l’idéal être portée par une forte ambition collective tournée vers la création de valeur économique, sociale et environnementale - ou création de « forces de vie » (qui selon le philosophe Patrick Viveret, est le sens premier du mot « valeur »). Une telle ambition gagnera à être menée au plus près des enjeux, besoins, envies et contraintes locaux en coopération avec les citoyens, et plus globalement avec l’ensemble de ses parties prenantes. La création d’une Maison de Création de Valeur(s) sur un territoire, ou bien l’association de son concept à un tiers-lieu déjà existant, fera naître l’espace à partir duquel les acteurs pourraient à la fois afficher cette ambition et initier/développer cette nécessaire dynamique collective. Modalités de la solution proposée La Maison de la Création de Valeur(s) Territoriale prendrait la forme d’un tiers-lieu, généralement gouverné par les citoyens ou par un groupe de collectifs de différentes natures, et constitué, a minima, d’un espace de créativité au sein duquel on pourrait :

   • Mettre en évidence, partager et relier les bonnes pratiques et innovations existantes sur le territoire et ailleurs, sur d’autres territoires
   • Afficher les challenges, les problématiques, les ressources inexploitées du territoire avec les bases de connaissances associées (par ex. des déchets, des lieux, des ressources naturelles renouvelables, des compétences sous-exploitées des acteurs, des liens sous-exploités entre les acteurs, …)
   • Organiser des séances de créativité 
   • Déposer des idées, afficher les ressources inexploitées, proposer des solutions et des collaborations

Cet espace physique serait doublé d’un espace numérique à partir duquel la communauté pourrait suivre ce qui se passe au sein de la maison et sur le territoire, et contribuer à la dynamique d’innovation.

Selon la surface et les moyens disponibles, elle pourrait aussi être complétée par tout ou partie des éléments suivants :

   • Un espace de co-working et/ou d’hébergement d’activités
   • Un espace de partage de type « cafétéria » au sein duquel on pourra échanger de façon conviviale dans un environnement agréable
   • Un espace de prototypage de type « fab lab » ouvert à toutes les parties prenantes du territoire
   • Un espace de travail pour porteurs de projets d’upcycling ou de recyclage de matériaux
   • Un espace d’innovation autour des matériaux biosourcés
   • Un espace dédié aux nouveaux usages de l’économie circulaire et de l’économie collaborative : repair café, bons plans locaux, échanges, trocs, mutualisations d’outils et de biens, les déchets des uns deviennent les matières premières des autres, faire mieux avec les ressources localement disponibles, …
   • Un espace de partage de pratiques entre les citoyens, avec les écoles et les universités,

Description du concept : A partir de la MCVT on pourrait :

           ▪ Favoriser les rencontres et des coopérations inédites entre les différentes parties prenantes du territoire 
           ▪ Capitaliser, relier, mettre en évidence et partager les bonnes pratiques et innovations qui existent déjà sur le territoire et ailleurs
           ▪ Ouvrir de nouveaux espaces d’implication pour les citoyens dans la vie de leur territoire orientés vers les nouveaux usages d’une société durable, à travers la création d’activités et de valeur économique, sociale et environnementale, et le développement du bien commun 
           ▪ Ouvrir de nouveaux espaces et opportunités de création d’activités et de valeur aux différentes entreprises et organisations du territoire autour des champs économiques, sociaux et environnementaux
   • Alimenter une dynamique d’innovation autour des différentes problématiques, des ressources inexploitées (actifs dormants) et potentiels du territoire et des diverses organisations qui le composent, avec l’objectif de faire mieux et plus avec les ressources localement disponibles
   • Favoriser et faciliter la transformation numérique sur l’ensemble du territoire 
   • Favoriser un changement de culture vers la collaboration, l’implication, le(s) leadership(s) et une confiance retrouvée dans les capacités et talents de chacun, et entre les individus 
   • Favoriser l’acquisition et le partage de connaissances, la montée en compétences et en savoir-faire des acteurs
   • Expérimenter pour évoluer sur base des échecs/succès des expériences entreprises 
   • Accompagner et soutenir tous les projets d’innovation vertueux pour le territoire
   • Transformer les craintes et les freins en opportunités de développement et en sources de créativité pour le territoire et les communautés qui y vivent 
   • Mettre en évidence les activités et la création de valeur économique, sociale et environnementale, qui émergeront
   • Partager, éduquer et transmettre  

Les résultats attendus

   • Aborder la transition écologique, économique et sociale par les opportunités qu’elle créée à travers les changements d’usages associés 
   • Initier de nouvelles activités dans les filières liées : bâtiment, alimentation, services à la personne, mobilité, agriculture, relocalisation d’activités, …
   • Créer les emplois et la valeur associés 
   • Offrir davantage d’outils de formation, d’innovation, d’entrepreneuriat, … dans un environnement incertain et de plus en plus complexe
   • Faire du territoire un exemple et renforcer son attractivité 
   • Redonner du pouvoir d’achat en favorisant des modes de consommation durables et l’économie collaborative
   • Mobiliser les forces vives du territoire, les citoyens et la jeunesse autour d’un projet fédérateur et d’avenir
   • Aider à la découverte des talents et aspirations de chacun et leur donner les outils et les capacités de réaliser leurs rêves 
   • Redonner à la population, fierté, confiance et foi en l’avenir
   • …

Modèle(s) économique(s) possible(s) La valeur créée sera fonction du nombre et de la nature des initiatives/projets qui naîtront au sein de, ou grâce à, cette structure. Cette dernière pourra être financée, dans des proportions qui restent à définir par :

   • La collectivité territoriale pour amorcer le projet dans ses besoins matériels et humains, porter si nécessaire un premier emploi et un accompagnement au démarrage du projet  
   • Les services proposés (cf. ci-dessous)
   • Un financement citoyen : l’investissement, le don ou la participation bénévole
   • Des entreprises partenaires du territoire, voire d’autres organisations, qui pourraient être intéressées par un financement contributif de leur stratégie d’ancrage local au bénéfice de tous et du territoire
   • Un partenariat avec une université ou un centre de recherche
   • Un investisseur-propriétaire qui voudrait mettre à disposition un lieu dans le cadre de sa démarche de responsabilité sociétale ou de préfiguration d’un futur écoquartier
   • …

Le caractère innovant de la démarche et sa vocation (faciliter la création de valeur sur les territoires) pourrait aussi permettre de collecter des aides auprès de divers fonds (BPI et autres). Les bénéfices dégagés par l’ensemble de ces activités pourraient être réinvestis dans l’aide aux projets créateurs de valeur pour le territoire, par exemple par alimentation d’un fonds spécifique dédié aux projets citoyens.